RFIC-Lab : la communauté RF renforce sa visibilité sur le site grenoblois 

Depuis le mois de septembre 2018, le RFIC Lab est venu enrichir la liste des structures de recherche co-pilotées par Grenoble INP et l'Université Grenoble Alpes. Cette équipe d'accueil vise à mettre en œuvre de nouvelles synergies au sein de la communauté de la conception et de l'intégration de circuits RF/millimétrique. 

Les 7 chercheurs qui composent cette nouvelle équipe d’accueil de l’UGA et Grenoble INP sont issus de l’équipe RFM (Radio Fréquences et Millimétrique) de l’IMEP-LaHC. 

La réorganisation vise à donner plus de visibilité à l’activité de conception de circuits radio fréquence (RF) et à leur intégration en réunissant les chercheurs impliqués dans cette thématique. « Une première réflexion sur le rapprochement des différentes activités dans le domaine de la conception intégrée RF s'est engagée il y a maintenant deux ans dans le cadre de discussions informelles avec le TIMA, avec la volonté de faire émerger une entité unique, clairement identifiée sur les plans national et international comme étant un acteur majeur du domaine », explique Sylvain Bourdel, directeur de l’équipe d’accueil. 

En pratique, ses personnels sont accueillis dans les locaux du TIMA et bénéficient du soutien administratif du laboratoire 

 

Des recherches appliquées à des domaines grand public 

L’équipe du RFIC-Lab met ses compétences en conception de circuits actifs et passifs pour la RF et le millimétrique au service de nombreux domaines d’application. « Ces thématiques sont centrales dans le développement d’applications ayant un fort impact sur le monde socio-économique telles que la 5G, l’internet des objets, le biomédical, l’imagerie micro-ondes ou encore la mobilité intelligente», souligne Sylvain Bourdel. Les compétences de l'équipe permettent en particulier de répondre à la problématique de la conception de systèmes millimétriques en technologies silicium, ainsi qu’au développement de circuits radiofréquences à très faible consommation. Ces compétences, reconnues en France et à l'international, font l’objet de nombreuses collaborations dans le cadre de contrats ANR ou européens. 

Ce laboratoire participe par exemple aux projets européens Ocean 12 et Taranto, qui visent à développer des technologies millimétriques à haute valeur ajoutée pour des applications dans le domaine des radars pour l’automobile et l’imagerie médicale, ou encore des composants à faible consommation et à longue durée de vie pour l’internet des objets. L’équipe contribue également aux projets ANR Tricot et Terapacipode, et travaille sur des projets communs avec des industriels, parmi lesquels ST Microelectronics et des grands centres de recherche tels que le CEA-LETI.